Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 15:30
Le-Faucigny_2009-12-24.jpg
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 21:47
La Poste à Faverges en Haute-Savoie (4)

B - 4 - Les oblitérations mécaniques temporaires

La ville de Faverges en Haute-Savoie se prévaut d'avoir une association philatélique active depuis plus de trente ans.

Fondée en février 1978, le Club Philatélique Favergien porte allégrement ses 31 années de bons et loyaux services au bénéfice des collectionneurs locaux et régionaux.

 

1ère Bourse Mycologie - Philatélie avec le Groupe Nature de Faverges

2ème Salon Champignon - Nature avec le Groupe Nature de Faverges

Ouverture du nouveau musée par les Amis de Viuz-Faverges

Commémoration du Bicentenaire de la Révolution par la MJC de Faverges

les Amis de Viuz-Faverges communiquent sur les 2500 ans d'histoire locale

Création du Jumelage entre Bühlertal (Forêt Noire en Allemagne) et Faverges (Savoie en France)

Festival de Musiques alpines à Faverges

Exposition nationale de Mécanisation postale à Faverges

 

Bernard Marie PAJANI

Président

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 21:42

La Poste à Faverges en Haute-Savoie (3)

B - 3 - Les oblitérations mécaniques permanentes

En France, elles débutèrent dès août 1882. La première machine fut conçue par Eugène Daguin mais le bureau de Faverges n'en fut pas doté.

 

Le bureau de la Poste favergienne est équipé dès le début des années 1950 d'une machine SECAP apposant une oblitération sur les timbres des lettres et cartes transitant par le bureau :

  Reçu d'un correspondant-ami : Une petite précision sur la machine utilisée à partir de février 1954 (au moins). Il s'agit très vraisemblablement d'une machine Sécap type H, à manivelle. Ce ne peut être une Sécap He, e mis pour électrique, car le premier marché (50 exemplaires) pour ce type de machine date du mois de mars 1954 et donc postérieur au mois de février. (Yvon Nouazé - 2010-07-01) 

On voit apparaître seulement en 1955, la première oblitération mécanique publicitaire à la Poste de Faverges., vantant le caractère de cité industrielle et le "CADRE ENCHANTEUR" de la commune. Cette première oblitération restera en service jusqu'en 1968, soit pendant 14 ans.

 

En 1967, le « code postal » est instauré et le cachet à date accompagnant la flamme devient « 74 FAVERGES »


 

En 1968 donc, afin de mieux faire connaître le cadre enchanteur de notre ville, le Conseil municipal dote la machine de la Poste d'une flamme illustrée.

Qui passera à droite du cachet postal en 1970.

Enfin, en 1978, le nouveau Conseil Municipal veut rénover cette flamme illustrée, déjà vieille de dix ans, et propose un projet à l'Administration postale qui le refuse. En effet, les mots « Vacances sauvages » proposés ne plaisent pas.

Ainsi, depuis mai 1978, l'oblitération mécanique de la Poste de Faverges est devenue une série de 5 lignes ondulées faisant plus penser à des « Vacances à la mer » qu'à des « Vacances en Savoie ».

 

Cette situation resta en l'état jusqu'en septembre 1983, jour où la mairie de Faverges accepta de mettre en service à la Poste la flamme choisie lors du concours lancé par l'Office de tourisme et le Club Philatélique, avec la nouvelle devise « Entre lac et montagnes ».

 

Puis vint 1989. Le changement de municipalité entraîne la modification de l'image de Faverges qui intégre un autre message montrant sa volonté d'aller de l'avant, dans le mouvement d'une flèche pointant vers le futur. Cette flamme pulicitaire restera en cours jusqu'en 2001.


La flamme publicitaire n'est pas reconduite au changement de municipalité.

 

               A nouveau, la flamme postale reprend ses « vagues de mer » pour ne plus les quitter jusqu'à la disparition totale des machines à oblitérer.

 


Ce n'est que ponctuellement que des associations locales telles que le Club de philatélie, les Amis de Viuz-Faverges, la MJC et le Comité de jumelage entreprirent une action promotionnelle particulière en utilisant les possibilités de ce type de communication qui existait à La Poste. (à suivre)

Mais ce temps-là est révolu !

 

 

Bernard Marie PAJANI

Président

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 16:17

La Poste à Faverges en Haute-Savoie (2)

B – Les oblitérations de la deuxième période

En 1876, les cachets « gros chiffres » furent mis au rebut. Le cachet à date devenait aussi oblitérant et devait être frappé deux fois sur le pli : le premier servant de cachet de départ, comme auparavant, le second annulant le timbre-poste.

 

B - 1 - Les cachets à date « manuels » avec le numéro départemental « 89 »

De 1876 à 1884, ce furent les cachets à date avec le numéro départemental 89 pour Faverges qui furent utilisés comme cachets oblitérants.

 

a) le mois en lettres

sans le numéro de la levée

deux cercles de 12 et 22 mm              1861



b) le mois est en lettres

l'heure de la levée est indiquée

deux cercles de 14 et 23 mm              1875





B - 2 - Les cachets à date « manuels » avec le nom du département

Mais régulièrement, l'Administration fournit les bureaux d'un nouveau cachet à date comportant le nom du département en abrégé ou en entier.

Enfin, on rencontre au fil des années, les cachets manuels suivants :

a) le mois en lettres penchées

avec le numéro de la levée

le cercle central est en pointillé

deux cercles de 14 et 22 mm             1888



b) le mois en lettres penchées

avec le numéro de la levée

le cercle central est en pointillé

deux cercles de 15 et 25 mm             1903

 

c) le mois est en lettres bâton

avec le numéro de la levée

deux cercles de 14 et 22 mm            1906



d) avec l'heure et les minutes

mois en chiffres

le département est en entier

deux cercles de 16 et 22 mm             1908

 

e) heure et minutes

année est à deux chiffres

département est en abrégé

deux cercles de 15 et 25 mm              1923






B - 2 - Les cachets à date « manuels » à un seul cercle

a ) année à deux chiffres

département en abrégé

diamètre de 26 mm                              1913



 

b) heure et date sur une seule ligne

dit « Horoplan »

cercle de 27 mm                                  1943





c) année à quatre chiffres

département en entier

cercle de 27 mm                                   1949





d) heure avec H

trait d'union entre jour et mois

lettres du département plus rapprochées    1952





e) idem

deux points entre les mots                  1959





B - 3 - Les cachets à date « manuels » avec code départemental « 74 »

a) numéro du code départemental

* et encre rouge du receveur

cercle de 28 mm                                    1990




b) idem

encre noire du guichetier

cercle de 28 mm                                    1991

 

 

c) idem

cercle de 29 mm                                     1992

 





d) idem

cercle de 27 mm                                      2000


Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 16:15

La Poste à Faverges dans le département de la Haute-Savoie

 

Au rattachement, le 14 juin 1860, le bureau de Faverges devient bureau de direction, puis de recette simple de troisième classe. Le département de la Haute-Savoie prend le numéro 89 dans la liste des départements français.

Le Directeur des Postes promulgue le communiqué suivant :

« A dater du 14 juin 1860, l'usage des timbres-poste sardes est supprimé dans toute la Savoie. Les bureaux de poste rembourseront pendant un mois le montant des timbres sardes qui leur seront présentés. »

A Faverges, comme dans la plupart des 80 nouveaux bureaux français, il arriva cependant que des timbres sardes furent oblitérés par des bureaux de Savoie, après cette date.

 

La Poste fut pourvue facilement en timbres français dès le 14 juin, mais il n'en fut pas de même des cachets oblitérants et des cachets à date.

 

 

A – Les oblitérations de la première période

A - 1 - Le cachet à date sarde : sur timbre français

C'est le cachet de 1849 qui était apposé sur le timbre servant donc de cachet oblitérant. Il est connu jusqu'au 29 septembre 1860.

 

 

A – 2 – Le cachet à date français : sans indication de la levée

  • de 1860 à 1862, avec cachet oblitérant 4215 en petits chiffres (c'est le numéro accordé, dans la liste des bureaux français, au bureau de Faverges de l'ex-Duché de Savoie)

 

La première date connue, pour un cachet « petits chiffres » de Savoie ou de Haute-Savoie est le 1er octobre 1860.

  • Du 1er janvier 1863 à 1869, avec cachet oblitérant 1471 en gros chiffres (c'est le nouveau numéro accordé à Faverges dans l'ordre alphabétique des bureaux français de la nouvelle liste).

Par suite de la seconde nomenclature dont la numérotation alphabétique des bureaux en service a fait passer Faverges du 4215e rang au 1471e, l'Administration redistribua, par mesure d'économie, les anciens cachets oblitérants à petits chiffres. Ainsi, le bureau de Faverges hérita du petit chiffre 1471 que l'on ne peut justifier que sur lettre car le cachet à date de Faverges est apposé en même temps sur le pli.

 

 

A – 3 – Le cachet à date français : avec indication de la levée

  • de 1869 à 1876, avec le même cachet oblitérant 1471 en gros chiffres.

Beaucoup plus tard, jusqu'aux années 1980, on retrouvera ce numéro "1471" sur un timbre humide de "Retour à l'envoyeur".

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 16:12

B – Les Timbres-poste et leurs Oblitérations

Par une loi du 18 novembre 1850, le tarif des lettres est « régularisé », et l'emploi des timbres-poste décidé, mais facultatif.

Il y eut quatre émissions en Sardaigne à l'effigie de Victor-Emmanuel II :

  • Le 1er janvier 1851 : 3 valeurs de 5c, 20c et 40c.

     

  • Le 1er octobre 1853 : 3 valeurs de 5c, 20c et 40c.

   

  • Courant 1854 : 3 valeurs de 5c, 20c et 40c.

   

  • Au début de 1855 : 3 valeurs de 5c, 20c et 40c

                   
  • complétées le 1er janvier 1858 par 3 autres valeurs : 10c, 80c et 3 lires.

    

Chaque émission se distingue des autres par des différences dans l'effigie de Victor-Emmanuel II, par une impression en relief ou par la couleur du papier.

Pour l'acheminement des journaux, il a été émis deux valeurs en 1860 : 1c et 2 c en noir.


Un timbre oblitérant spécial fut mis en service comme en France : cachet rectangulaire formé de petits losanges disposés en quinconce :

On le trouve en noir et en rouge sur le timbre sarde avec cachet à date sur l'enveloppe.

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 16:09

La Poste à Faverges dans le duché de Savoie

 

Au début du XVIIIe siècle, la Savoie était dotée de deux grandes artères internationales : la route du Pont-de-Beauvoisin au Mont-Cenis, avec un embranchement sur Moûtiers, et la route de Chambéry à Genève, avec un embranchement sur Annecy, et un autre sur Thonon.

En 1720, un édit royal cite quinze relais de poste aux chevaux pour la première route. En 1772, la seconde route est citée avec six relais intermédiaires.

La restauration sarde, après le deuxième traité de Paris du 20 novembre 1815, allait développer considérablement le réseau routier, surtout à partir de 1818.

C'est ainsi qu'en 1835, l'état des relais de la Poste aux Chevaux comprenait dix routes différentes dont, bien entendu, celle qui nous concerne : la route d'Annecy à l'Hôpital (qui deviendra Albertville) par Faverges dont le bureau fut créé vers1824.

Ce fut d'abord un simple bureau de poste de cinquième classe, il devint un bureau de quatrième classe vers 1832, puis un bureau à remise par l'édit du 30 mars1836.

 

A – Les Marques Postales et les Oblitérations

A – 1 - La marque de port dû : 1825-1849

On la trouve en noir ou en rouge sur le recto de l'enveloppe.

                                Le montant de la taxe à percevoir est inscrit à la main AU RECTO de l'enveloppe.

               A – 2 - La marque de port payé : 1827-1856

On la trouve en noir ou en rouge sur le recto de l'enveloppe.

                           Le montant de la taxe est inscrit à la main AU VERSO de l'enveloppe


A – 3 - Le timbre à date : 1849-1860

On le trouve en noir ou en rouge sur un pli sans timbre, et de même sur un pli avec timbre.

Jusqu'au début d'août 1849, le nom des mois est en italien sur le bloc dateur ; à partir de cette date, c'est le français qui est utilisé.

Les bureaux devaient se procurer le nouveau cachet auprès de la Direction Centrale moyennant la somme de 4,50 F.

Le Directeur Général des Postes Sardes rappela, dans une circulaire de septembre 1853, l'emploi exclusif de ce cachet rond à date, mais il n'était pas toujours écouté.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 16:28
Avant l'heure, nous avons reçu le bulletin de liaison n° 385 de septembre 2009 du Club Philatélique et Aéropostal de Genève.
Contact au www.interalpes-philatelie.org
Courriel : contact.cpag@interalpes-philatelie.org

Nouvelles : Juan ARA-SOMOHANO présentera "Vignettes et courriers républicains de la guerre d'Espagne", le lundi 7 septembre à 20h au Ramada Park Hôtel - avenue Louis Casaï - 1216 Cointrin (Suisse)
"En février 1936, les partis de gauche, unis en un front populaire, remportent les élections. En juillet, la guerre civile d'Espagne éclate qui oppose les nationalistes et les républicains. Jusqu'en 1946, la dictature franquiste s'impose. Au début de cette période, du courrier a circulé et plusieurs vignettes ont été émises."

Actualité : Assemblée mensuelle du 8 juin 2009 avec tombola.

A venir : Participation du CPAG au challenge Piémont-Savoie qui se tiendra les 26 et 27 septembre 2009 à Alessandria (Piémont - Italie)

Nous avons noté également un article de Georges Nahon "Un lieu de culte des timbres à Paris, le Carré Marigny".


Partager cet article
Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 18:45

Le CPCF a réalisé divers catalogues répertoriant les empreintes mécaniques des départements savoyards dont le dernier en 2002.
Il entreprend actuellement son actualisation, commune par commune :

FAVERGES

 


74210
1955-Flamme.jpg








1 S FAVERGES 3



1955 / 1967
1a
74 FAVERGES 3



1/8/67-3/5/68












1968-Flamme.jpg








2 S 74 FAVERGES 4



07/05/68-1970
2a
- idem -
4


2/12/70-1978












1983-Flamme.jpg








3 S 74 FAVERGES 6



09/07 au








17/09/1983












74210_Faverges-3a.jpg








3a S 74 FAVERGES 6



1983


Ema




,, / ,, / ,,












1983-Flamme-p.jpg







4 S 74 FAVERGES 2
5*

17/12/83 au








,/,/1991












74210_Faverges-4a.jpg








4a S 74 FAVERGES 6



1983


Ema




,, / ,, / ,,












1987-flamme.jpg








5 S 74 FAVERGES 6



04/04 au








04/07/1987












1987-Flamme-2.jpg








6 S 74 FAVERGES 6

15
16/07 au n°86-36








05/10/1987












1989-Flamme-3.jpg








7 S 74 FAVERGES 6
10* 15
06/02 au n°89-01








11/05/1989 et autres












1989-Flamme-2.jpg








8 S 74 FAVERGES 6



12/05 au








11/08/1989












1990-Flamme.jpg








9 S 74 FAVERGES 4
10*

15/05 au








16/06/1990












1991-Flamme.jpg








10 S 74 FAVERGES 2
5*

01/07/91 au








,, /,, /,,,,












74210_Faverges-10a.jpg








10a S 74 FAVERGES 2



01/07/91 au


Ema




,, /,, /,,,,












1993-Flamme.jpg








11 S 74 FAVERGES 4
10*

25/06 au








24/09/1993












1993-EMA.jpg








11a S 74 FAVERGES 4



1993


Ema


















1995-Flamme.jpg








12 S 74 FAVERGES 4
10*

18/08 au








18/11/1995












74210_Faverges-12a.jpg








12a S 74 FAVERGES 6



1995


Ema




,, / ,, / ,,











Commande du catalogue complet de Haute-Savoie

(édition d'avril 2001 - 80 pages)

au siège social

Cercle Philatélique et Cartophile Favergien

24, chemin de Pré la Dame - 74210 Faverges

15€ franco de port par chèque bancaire ou postal


Partager cet article
Repost0
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 14:18

Jean-Jacques Rousseau (1712 -1778)

Jean-Jacques Rousseau est le fils d'Isaac Rousseau (Genève,1672 Nyon, 1747), horloger comme son père et son grand-père, et de Suzanne Bernard (Genève, 1673 – Genève, 1712), qui meurt le 7 juillet, neuf jours après la naissance de Jean-Jacques. Elle-même était fille d'un horloger nommé Jacques Bernard.


En 1730, il voyage à pied jusqu'à Neuchâtel, où il enseigne la musique.

En 1732, il revient à Chambéry, où il travaille aux services administratifs du duché de Savoie, puis comme maître de musique auprès des jeunes filles de la bourgeoisie et de la noblesse chambériennes. Il séjourne près de dix ans dans la capitale de la Savoie.

En 1734, il devient l'intendant de Mme de Warens, qui deviendra plus tard sa maîtresse.

C'est chez elle qu'il écrit, en 1739, son premier livre, le Verger de Madame la baronne de Warens. Il apprécie la ville : « S'il est une petite ville au monde où l'on goûte la douceur de la vie dans un commerce agréable et sûr, c'est Chambéry. »


Gabriel Fauré (1845-1924)

1919, mi-juillet - mi-septembre : premier séjour à Annecy-le-Vieux (Villa Dunand, Les Charmilles).

1920, le 26 avril : promu grand officier de la Légion d'honneur.

1922, Second séjour à Annecy-le-Vieux (août-octobre) durant lequel il écrit l’article "Souvenirs" de l'Ecole Niedermeyer pour la Revue Musicale.

1923, le 31 janvier : est promu Grand-croix de la Légion d'honneur.

du 25 juin au 20 septembre : troisième séjour à Annecy-le-Vieux où il commence son Quatuor à cordes.

1924, du 24 juillet au 17 octobre : quatrième séjour à Annecy-le-Vieux. Achève le 11 septembre le Quatuor à cordes en mi mineur (op.121) qu'il refuse d'écouter à cause de sa surdité. Souffre à nouveau d'une grave broncho-pneumonie.

 

 


Camillo Benso, Comte de Cavour

(1810- 1861)

Ami intime du roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II de Savoie (1820-1878), monté sur le trône le 23 mars 1849 à la suite de l'abdication de son père après la défaite de Novare, Camille de Cavour réalisa l'Unité Italienne au profit de son souverain avec l'aide de Napoléon III. Cela conduisit Victor-Emmanuel II à céder à l'empereur des Français, entre autres compensations, le comté de Nice et le duché de Savoie, au printemps 1860.


En 1846, Cavour présente un projet de liaison Gênes-Genève qui passerait par Annecy et le Mont Sion. Par la suite, il comprend l'intérêt d'une liaison France-Turin et le pays de Fillière est concerné par le tracé qui passera par Thorens-Glières et Eteaux. Après 1860, Napoléon III impose un nouveau tracé par Evires dont l'étude est confiée à François Sadi-Carnot qui aboutira à la construction du pont de La Caille.


Cognacq-Jay Marie-Louise (1838-1925)

 

Marie-Louise Jaÿ, née à Samoëns dans la vallée du Giffre (Haute-Savoie) le 1er juillet 1838 et décédée à Paris en 1925, est une femme d'affaires française.

De 1900 à 1925, Ernest Cognacq, fondateur de La Samaritaine, et Marie-Louise Jay, son épouse, achètent des oeuvres et objets d'art du XVIIIe siècle. La collection, d'abord installée dans le 9e arrondissement, est transférée dans l'hôtel Donon en 1990. L'hôtel Donon avait été construit sur un terrain de la culture de Sainte-Catherine-du-Val-des-Ecoliers, inclus dans l'enceinte de Charles V dès le XIVe siècle et loti par les religieux en 1545. Le musée rassemble une prestigieuse collection privée : 1.200 tableaux, meubles et oeuvres d'art du XVIIIe siècle.

Dans l'impossibilité d'avoir des enfants, le couple crée en 1916, une fondation caritative dont les actions se poursuivent quatre-vingt ans après. C'est une œuvre de bienfaisance qui finance de multiples institutions (maternité, maison de retraite, centre d'apprentissage, maison de repos, orphelinat, groupe d'habitations à loyers modérés, musée, etc.). Parmi elles, la maison de convalescence et la maison d'enfants, construites à Monnetier-Mornex.

Le prix Cognacq-Jaÿ a été créé en 1922 grâce à un don de 20 000 francs or donné à l'Institut de France, ce qui permettait de récompenser annuellement 300 familles.

Marie-Louise crée dans sa ville natale la Jaÿsinia, jardin botanique alpin ouvert au public, classé jardin remarquable de France. Il a été inauguré le 3 septembre 1906 sur un terrain montagneux de 3,5 hectares de pentes calcaires et abrite aujourd'hui plus de 5 000 espèces végétales issues des différentes zones montagneuses des cinq continents.

[Pages de la collection d'Agnès PAJANI - textes extraits de Wikipédia]
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Histoire et Patrimoine des Sources du Lac d'Annecy
  • : Activités d'histoire et patrimoine sur les communes des Sources du Lac d'Annecy, Recherches historiques, défense du Patrimoine, expositions en philatélie, cartophilie, généalogie, photos d'anciens, documents de Savoie, bouteilles sérigraphiées, cartes téléphoniques, capsules de muselets, pin's, disques, livres, etc...Le contenu de ce site est protégé par un droit d'auteur.Cependant il est autorisé de réaliser des copies pour votre usage personnel en y joignant un lien, après autorisation préalable.
  • Contact

Profil

  • CPCGF74
  • Cercle de collectionneurs, cartophiles, philatélistes, généalogistes, historiens et défenseurs du patrimoine intéressés par la Savoie et la Haute-Savoie, et plus particulièrement par le patrimoine du Pays de Faverges - Sources du Lac d'Annecy.
  • Cercle de collectionneurs, cartophiles, philatélistes, généalogistes, historiens et défenseurs du patrimoine intéressés par la Savoie et la Haute-Savoie, et plus particulièrement par le patrimoine du Pays de Faverges - Sources du Lac d'Annecy.
">

Compteur

un compteur pour votre site

Recherche