Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 07:43

La Place Jacquard devenue Place Gambetta

Voici aujourd'hui une vue de l'ancienne Place Gambetta dont la rénovation va modifier très profondément son environnement.

On peut déjà y observer des éléments importants avant ce que l'on voit de nos jours :

- le bassin qui est installé à l'avant du poids public au toit triangulaire devant l'ancienne maison "bleue"

- le poids public adossé au bassin sera démoli en 1955 en même temps que celui-ci

- la présence de la maison Chappis - au centre de la façade gauche - est en prolongement de l'Hôtel des Alpes

- l'hôtel des Alpes d'André VUARCHEX a déplié son large parasol (au tout 1er plan à gauche). Entre les deux bâtisses, se situe le garage de l'hôtel, dans lequel on ne pouvait entrer qu'en ayant installé un platelage - 10,00 francs de taxe en 1927-  sur le biel qui s'écoule dans la propriété Jean Périssin de la rue Cochet.

- au tout 1er plan à droite, la loggia de l'ancienne auberge du mauriennais Antoine DUPORT (en 1732) est en cours de réparation. Elle permettait d'ombrager les clients et les convives du café de la Terrasse, et sera fermée pour constituer une pièce supplémentaire à l'appartement. Remarquons les balustres du garde-fou qui ne disparaîtront totalement qu'en 2016.
 

La Place Jacquard devenue Place Gambetta

Voici aujourd'hui une vue de l'ancienne Place Gambetta dont la rénovation va modifier très profondément son environnement.

En 2017, les voitures ont remplacé les vélos et les piétons de 1905.

- le bassin qui a été déplacé en 1955 devant l'hôpital Alfred-Blanc, est installé à l'arrière du poids public au toit triangulaire devant l'ancienne maison "bleue" devenue blanche après l'incendie de 2013 . En remplacement, "L'arbre de la Liberté" y a été planté

- le poids public adossé au bassin a été démoli le même jour de 1955

- la maison Chappis, en prolongement de l'Hôtel des Alpes qui s'était agrandi de la maison basse contigüe, a également brûlé il y a quelques années.

- l'Hôtel des Alpes de Jacques GOUBOD (au 1er plan à gauche) après un incendie interne n'ayant pas permis sa rénovation, a été remplacé en habitat privatif et en commerces au rez-de-chaussée

- au tout 1er plan à droite, la loggia de l'ancienne auberge d'Antoine DUPORT (en 1732) a été fermée pour constituer une pièce supplémentaire à l'appartement. Ayant hébergé ensuite le café de la Terrasse, puis un commerce d'articles funéraires, elle est actuellement le siège d'une banque mutualiste.

- les balustres du garde-fou n'ont disparu totalement qu'en 2016.


 

Pour en savoir plus, adhérer à l'Association "Histoire et Patrimoine des Sources du Lac d'Annecy"

phila.faverges@wanadoo.fr

 

Suivez son actualité en vous inscrivant sur le blog

http://phila.faverges74.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2017 2 21 /11 /novembre /2017 09:29

Depuis son origine en 1978, le Cercle Favergien dont le nom a évolué en "Histoire et Patrimoine des Sources du Lac d'Annecy" entreprend la recherche des anciens documents des communes de tout le Bassin Favergien.

Un livre "Faverges et ses environs en 1906" a été édité dès 1982, sous la plume très documentée de son président Bernard Pajani. Il recensait 380 cartes postales dans sa collection. Plus tard, avec le vice-président Albert Ramella-Pezza et quelques passionnés, l'association éditait le répertoire de plus de 1500 cartes. 

La collection évoluant rapidement, cela permit à son second membre d'éditer "Le Bassin Favergien", aux éditions A.Suton, dont les illustrations de cartes anciennes étaient plus nombreuses.

Depuis, l'idée germa de participer à l'édition d'un ouvrage recensant ces vues anciennes et de les comparer aux vues actuelles afin de montrer l'évolution de nos communes dont la nouvelle génération des résidents a peu de connaissance.

Le Cercle d'Histoire et Patrimoine et les photographes amateurs mutualisent leurs moyens, le premier apportant la mémoire ancienne et les autres se chargeant de valoriser la mémoire actuelle par la même vue prise sous le même angle. Les Favergiens et habitants des communes des Sources du Lac d'Annecy pourront ainsi voir déambuler dans leurs rues des autochtones bardés de leurs appareils photos et cherchant à immortaliser notre environnement paysager quotidien.

Dernièrement, nous avons déjà présenté la place Carnot ci-dessous

La Place Carnot vers 1905

Plan de la place Carnot

en 1905

identifiant les propriétaires de l'époque

 

Vue actuelle de la Place Carnot en 2017

Quels changements peut-on observer ?

L'on reconnaît sans peine la glycine plus que centenaire, sur la droite.

La maison de la veuve TAPPAZ, en avancée sur la place avec la publicité Cusenier en façade, a été démolie pour n'avoir été plus qu'un jardin entouré de hauts murs que les gamins d'avant-guerre escaladaient en se déchirant les genoux sur les tessons qui ornaient le sommet des murs. Plus récemment, vers les années 1955, l'emplacement a fait place à la pharmacie Borel-Giraud actuelle surmontée d'appartements, avec un garage le séparant de l'ancienne bâtisse.

Sur la gauche, la maison du médecin Asghil FAVRE décédé à 42 ans en 1920, qui avançait sur la rue bouchant l'ancienne rue Victor Emmanuel, a été rasée par la commune après l'acquisition des propriétés du "Clos Favre". (Ne pas confondre ces deux bâtiments de gauche qui sont distants l'un de l'autre. La bâtisse Favre a laissé la place à la Place Carnot)

Cette démolition a permis l'ouverture, au-delà de la rue Victor Hugo, sur le bâtiment qui a abrité pendant une vingtaine d'années l'hôtel Savoyen, et le magasin de la famille Fossorier "La Belle Jardinière".

Prochainement, ce dernier tènement fera l'objet d'une rénovation complète par la démolition de tout l'ensemble dont l'angle de la maison qualifié improprement de "tour moyenâgeuse" pour les touristes de passage, pour permettre l'élévation d'une halle couverte (projet communal en cours) qui sera flanquée d'une tour dite "de remplacement" abritant des vespasiennes.

Pour en savoir plus, adhérez à l'Association

"Histoire et Patrimoine des Sources du Lac d'Annecy"

phila.faverges@wanadoo.fr

Suivez son actualité en vous inscrivant sur le blog

http://phila.faverges74.over-blog.com/

 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 08:00

Exposition de philatélie, cartophilie et généalogie

Samedi et dimanche 21 et 22 octobre de 9 à 17 heures, à la salle polyvalente du Clos Berger, l'Association « Histoire et Patrimoine des Sources du Lac d'Annecy » organise sa traditionnelle exposition de Philatélie, Cartophilie, Généalogie et Histoire. Basée sur des recherches toujours inédites, les membres actifs présenteront des ensembles de qualité qui ont demandé de très nombreuses heures de travail et de recherches.

En philatélie, timbres, documents, photos, cartes, entiers postaux ont permis de réaliser des études approfondies sur « Le Bois », richesse de nos montagnes, « les Mains », utiles à l'homme dans son quotidien, « Les Barrages », œuvre de régulation de nos fleuves et rivières.

La cartophilie montrera la qualité incomparable de la Manufacture de soie de Faverges, première industrie locale qui a fait suite aux nombreux ateliers artisanaux de notre commune des Fabriques.

En généalogie, l'intense travail accompli durant plusieurs milliers d'heures a permis de relever plus de 90.000 personnes dans les registres d'état civil du canton. La famille Prud'homme du Noyeray/Saint-Ferréol sera mise à l'honneur par un grand arbre généalogique de 12 mètres de long et une roue circulaire de 1 mètre carré.

En Histoire locale, c'est l'histoire de la Musique de Faverges qui sera dévoilée au grand public dans l'ouvrage réalisé par l'Association, depuis ses débuts estimés à l'époque sarde, dès 1845 jusqu'à nos jours.

Le patrimoine de nos anciens sera dévoilé par une centaine de photos prises durant les années en « 7 », d'écoliers, conscrits, mariés ou sportifs.

L'association du Patrimoine local se réunit les jeudis et samedis de 15h à 17h dans son local, salle 101 de la maison des Associations, place des Anciens combattants.

Pour commencer ou débloquer une généalogie, ou effectuer des travaux de recherches dans les communes, aux archives départementales ou à domicile, se renseigner au 09 51 70 80 06 ou sur phila.faverges74@wanadoo.fr ou sur http://phila.faverges74.over-blog.com

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 06:00

Le festival a débuté en Savoie voisine, au Fort de Tamié où les maquettes des nombreux projets réalisés par les architectes participants y sont exposées. Le public est invité à les découvrir pendant tout l'été.
Sur les 12 projets retenus par le jury, la cabane implantée sur la commune de Giez est en cours de réalisation. Le thème de la petite maison « Autour de l'arbre » est devenu « en souvenir de l'arbre ». La cabane en effet devait s'enrouler autour d'un arbre sec qui a dû être abattu récemment.

 

A côté de la résidence de tourisme Le Birdie et près du golf, depuis quelques jours, les jeunes architectes venus de la région parisienne : Chloé Bories, Morgane Georgelin, Léo Coudert et Arthur Binder se sont transformés en charpentiers et menuisiers. Ils apprécient parfois le prêt d'outillage que le maire Gérard Champange met à leur disposition.
Ils sont très bien accueillis par la population et les nombreux promeneurs intrigués par l'originalité de l'ouvrage.Les jeunes architectes viennent de terminer leurs études et sont ravis de vivre une nouvelle expérience avant de débuter leur vie professionnelle.
La cabane de Giez a été inaugurée le 8 juillet dernier

En avant-première, sur les bords de l'Eau-morte, de jeunes étudiants de l'école d'Architecture de Montpeller s'activent pour élever la cabane "Les pieds dans l'eau" qu'ils ont pris la précaution d'installer sur la glière, de crainte d'une nouvelle inondation du torrent.

Renaturation de la plaine de Mercier

Le Saint-Ruph, torrent qui débute son cours sur la commune de Seythenex, poursuit son périple dans la plaine de Faverges en devenant l'Eau Morte avant de se jeter dans le lac d'Annecy.

Le cours d'eau a eu un impact très important sur la commune de Faverges en raison de ses nombreux débordements dans les siècles passés qui ont laissé des traces géologiques et imposé la construction d'une digue imposante en 1785 (le plan du fameux "mur" se trouve en mairie de Faverges).

La gestion de la plaine de Mercier mise en place diminuera le risque d'inondation en gérant de façon plus appropriée les matériaux (galets, graviers et sables ... = glière) transportés par la rivière tout en éliminant les obstacles piscicoles et en améliorant les milieux naturels traversés.

Une visite s'imposait

Elle deviendra effective durant cet été. L'office du tourisme s'en fait l'écho pour le jeudi 27 juillet à partir de 15 heures.

Voir également les autres idées de sortie sur le secteur de Faverges :

 

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 13:27

Origine et évolution du Lac d'Annecy

Il y a 25 millions d'années, alors que les Alpes sont en cours de formation, les cours d'eau dégagent progressivement la vallée du futur lac d'Annecy. Le réseau hydrographique se met en place, les rivières s'encaissent.

Durant le Quaternaire, les événements glaciaires successifs poursuivent durant 50 000 ans le façonnage de la vallée d'Annecy. La glaciation Würmienne d'il y a 20 000 ans comble le bassin d'une épaisseur d'environ 1300 m de glace. L'emplacement du lac d'Annecy est impacté par les glaciers provenant d'Ugine - Val d'Arly ainsi que d'autres plus petits issus des massifs des Bornes et des Bauges, bloqués dans leur cheminement par l'important glacier de l'Arve qui rejoint celui du Rhône.

La déglaciation qui débute il y a 14 000 ans permet au lac de se mettre en place. De nombreux blocs erratiques, remplace sur les moraines comme au Crêt de Sevrier et à Chaparon de Doussard démontrent que l'épaisseur de la couche de glace atteignait encore à cette époque 900 m.

La rivière souterraine du glacier d'origine, principalement alimentée par le torrent de Saint Ruph (à hauteur de 50 à 65 %, selon les auteurs) devient l'exutoire du lac sous le patronyme du Thiou en traversant la ville qui s'est élevée sur la plaine des Fins, avant de rejoindre le Fier, lui-même rivière souterraine du glacier de l'Arve.

Des phases de régression ont permis l'installation d'habitats (vers 4500 ans BP, à Annecy et Annecy-le-Vieux à 150 m du rivage actuel) et au Bronze final (vestiges d'habitat conservés en des points plus éloignés).

...//... Lire la suite sur le nouveau blog editionsdupre74.over-blog.com

votre lecture sera [noir sur blanc] au lieu de [blanc sur foncé]

Partager cet article
Repost0
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 06:16

L'association des retraités AG2R la Mondiale - Irséa de Haute-Savoie - Antenne de Faverges invite Bernard PAJANI, historien local, président d'Histoire et Patrimoine des Sources du lac d'Annecy

le mercredi 07 juin 2017

à 14h30

Salle polyvalente de Faverges

Thème de l'intervention :

Origine et développement artisanal et industriel du pays de Faverges,

de l'époque post-glaciaire à nos jours

La précédente intervention du mois de mai portait sur l'Histoire de la Savoie par un historien passionné, habitant Beaufort-sur-Doron (73), avec comme support sa collection cartophile et philatélique.

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 11:00

Depuis le début de la semaine du 17 avril, de nouveaux panneaux de signalisation sont apparus sur le territoire de la commune nouvelle de Faverges-Seythenex, délimitant ainsi la commune d'une façon jusqu'alors méconnue.

Situé sur la route VC83 qui mène à Vesonne, à la fin de la Rue des Epinettes, avant de passer sous le pont de la rocade, un panneau barré d'un trait rouge - signifiant une fin d'agglomération - "FAVERGES, Commune de Faverges- Seythenex" a fait son apparition. Un peu plus loin, sur la route de Vesonne elle-même, l'ancien panneau "La Balmette, Commune de Faverges" est resté en place.

 

 

Aussi, il faut comprendre qu'au point 1, le territoire de la commune déléguée de Faverges se termine, mais recommence au-delà du pont, au point 2. En conséquence, la partie de la route de Faverges à Vesonne située sous le pont de la Rocade ne fait pas partie de la même commune que celle qui se situe sous le pont.

RECTIFICATIF :

Il faut comprendre le mot "FAVERGES" du panneau comme étant le "bourg de Faverges", et non pas la commune elle-même, soit sans les hameaux.

Ou bien faut-il attendre la mise en place d'une nouveau panneau pour signaler la Balmette qui porterait l'inscription "La Balmette / Commune déléguée de Faverges / Commune de Faverges-Seythenex".

Faut-il comprendre que le hameau de la Balmette ne fait pas partie de la Commune de Faverges-Seythenex ? mais de la commune déléguée de Faverges qui, pourtant, elle-même fait partie de la commune de Faverges-Seythenex ?

Ou bien y a-t-il erreur d'emplacement de ce panneau barré "Faverges / Commune de Faverges-Seythenex" - délimitant la commune-déléguée de Faverges - qui, s'il reste en ce lieu, aurait perdu ses hameaux ?

Le véritable emplacement de ce panneau devrait se situer au-delà du dernier hameau de la commune déléguée "FAVERGES", faisant partie de la nouvelle commune de "Faverges-Seythenex", soit sur la route RD1510 menant à Doussard (fin du Villard) ou à Val de Chaise (fin de Faverges, au-delà des Grandes Pièces), soit sur la route D12 menant à Saint-Ferréol (fin du Noyeray) ou à Tamié (fin de Frontenex).

RECTIFICATIF :

Il faut comprendre le mot "FAVERGES" du panneau comme étant le "bourg de Faverges", et non pas la commune elle-même, soit sans ses hameaux.

Autre suggestion aux services compétents :

Le hameau d'Englannaz est considéré comme un "lieu-dit", étant donné la conformation de son panneau indicateur directionnel, entouré d'un liseré bleu foncé.

Aurait-il perdu sa caractéristique de "hameau", lui qui possède ses bassins, ses fours et ses nombreuses maisons d'habitation, serait-il devenu un lieu inhabité tel qu'un champ, un carrefour ou un bois. En tout état de cause, cela lui donne un caractère moindre que celui de ses semblables ?

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 06:00

Histoire de la Musique à Faverges

Le 1er Corps de Musique

La date de création d'un Corps de Musique à Faverges est difficile à déterminer ; toutefois, elle est bien antérieure à l'annexion de 1860 et date, par conséquent, de l'époque sarde.

Un Corps de musique dans la commune de Faverges s'est constitué antérieurement à l'année 1845 puisque, cette année-là, le Conseil municipal a voté une somme de 200 livres destinée à être employée à la rémunération d'un maître de Musique.

Le 2 juin 1846, un membre du Conseil rappelle cet engagement qui est entériné mais soumis à conditions : les amateurs devront se faire inscrire chez le syndic Henri MOL, s'engager à « se conformer au règlement qui sera dicté à cet effet par le Conseil … et payer une redevance annuelle pour concourir au traitement des maîtres de Musique, lequel engagement devra produire une somme annuelle de 200 à 250 livres ».

.../...

 

Lors du concert « Il était une fois...l'Harmonie ». qui se tiendra le dimanche 2 avril 2017 à partir de 16h dans la salle polyvalente, une présentation d'instruments, de témoignages d'anciens musiciens, d'anciennes photos de groupes musicaux de la fanfare, de l'Harmonie, de Fayard, du Nautilus ... sera dévoilée au public.

La fête va débuter samedi à 20 h 30, salle polyvalente avec la soirée « Pop et Voices » par le choeur de l'école de musique et le groupe Les Incognitos.

Dimanche à 16 h, apothéose avec la grande animation « Il était une fois...l'Harmonie ».

L'auteur, président du CPCGF - Histoire et Patrimoine

dédicacera l'ouvrage édité par l'association,

soit sous forme d'une brochure de 90 pages (15€)

soit sous forme d'un livre de 140 pages (21€).

Emmanuel Maurice a préparé avec soin les deux journées musicales

Les deux journées musicales ont été préparées avec soin par le directeur Emmanuel Maurice et Miguel Blésa le porte drapeau de l'harmonie qui ont constitué une équipe pour rendre hommage aux piliers, fondateurs et animateurs de l'école.

.

Nomination d'un maître de musique :

Le 2e Corps de Musique

Le 14 novembre 1855, le conseil municipal, sous la présidence de Maurice BLANC syndic, accepte d'employer le résidu des comptes de l'année précédente à la réorganisation du Corps de musique, en proposant de faire donner quelques leçons aux Jeunes qui voudraient faire partie de la Société Philharmonique. Les postulants, confiés aux soins de M. MACARIO, ont fait preuve d'assiduité, de zèle et d'aptitude suffisants. Aussi, le Conseil, soutenu par le désir exprimé par l'Administration, à la majorité de huit voix contre quatre, nomme M. Jacques MACARIO, exerçant la fonction de commissaire de police, pour Maître de Musique pour une année avec le traitement de 300 livres.

« Le 14 novembre 1855, dans l'Hôtel de ville de Faverges, le conseil communal renouvelle la réorganisation du Corps de musique de cette ville, en votant une somme de 150 livres pour donner quelques leçons aux jeunes gens qui voudraient faire partie de la société philharmonique »

//...

 

Rétablissement d'une Musique :

Le 3e Corps de Musique est créé

Le 9 juin 1858, le conseil communal a accepté la demande formulée par le chef de musique, M. ARQUISCHE, sollicitant la fourniture d'un costume pour le maître de musique, le sieur MACARIO, s'élevant à la somme de 36,45 livres.

Aussi, le 19 décembre 1858, le conseil communal délivre un mandat au montant de 384 livres, en faveur de M. Maurice BLANC, syndic, pour remboursement de ses avances pour l'achat des instruments de musique.

//...

Rétablissement de la Fanfare :

Le 4e Corps de Musique

Le 8 décembre 1895 - Bonne nouvelle – La reconstitution de la Fanfare a été votée par le Conseil municipal La Presse se fait l'écho de la constitution d'un nouveau Corps de Musique sur la commune de Faverges. « Le Conseil municipal, faisant droit à des propositions provenant de l'initiative privée, a voté le rétablissement de la Fanfare, à la seule condition que celle-ci participerait, pour une certaine somme, au traitement du chef de musique. » D'autre part, le Conseil a voté le cours d'adultes.

//...

La Musique municipale :

Le 5e Corps de Musique

Le 5 février 1960, l'association "Fanfare Municipale" qui, selon l'annuaire administratif, a été créée en 1867, décide de se doter de nouveaux statuts et de changer son nom en "Musique municipale de Faverges" dont la nouvelle équipe dirigeante est présidée par Pierre BONATO. La date de fondation est indiquée.

//...

 

L'Harmonie municipale :

Le 6e Corps de Musique

L'association qui s'est dotée de nouveaux statuts le 5 février 1960 et dont le nom déclaré était "Musique Municipale de Faverges" avance dans son article 1er qu'elle se nomme "Harmonie municipale". Il s'agit d'une erreur probablement due à un usage qui doit remonter à quelques années.

Les statuts sont révisés le 23 novembre 1991 et déposés en préfecture le 16 avril 1992 par la nouvelle équipe dirigeante présidée par Marcel CATTANÉO, Alain BONATO comme secrétaire et Georges RIVARD à la trésorerie.

Son article 1er indique que "L'association dite "Harmonie municipale de Faverges" fondée en 1895 a pour but la pratique de la musique sous toutes ses formes. Pour cela, elle comporte une section dite "École de Musique" qui se consacre à l'enseignement de la théorie, du solfège, du chant choral, des instruments à vent, du piano, de l'ensemble vocal et instrumental".

//...

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 12:29

Contrairement à plusieurs références qui auraient bien de la peine d'indiquer leurs sources - car elles ne font que du copiage sans vérification -, prétendre que "Jean Pierre Duport a décidé l'implantation d'un atelier de tissage dans l'ancien couvent des Annonciades à Faverges en 1800" *est erroné.

Cet établissement n'a jamais existé sur une quelconque partie du bourg de l'époque, ou auparavant.

Nous le démontrons avec forces références et analyses.

* Relevés dans des opuscules édités par les Vieux Amis du Vieux-Faverges, ou par des chercheurs de l'Université de Savoie.

- Une industrie nouvelle qui va faire de Faverges le second contre manufacturier savoyard après Annecy. Il s'agit de l'implantation en 1801 par Jean Pierre Duport, de Lyon, d'une manufacture de tissage de coton dans l'ancien couvent des Annonciades" [In Histoire des communes savoyardes - Baud-Mariotte - 1980 - page 297]

- "En 1800, Jean Pierre Duport avait acheté l'ancien couvent des Annonciades de Faverges pour y installer une fabrique de coton utilisant l'eau du Biel. En 1807, il rachète également au papetier Marquand la maison dite "le martinet", puis le château de Faverges en 1810." [In "Du moulin à la Manufacture" - Christophe Tonin - 1993]

- "En 1801, le lyonnais Jean-Pierre Duport installe dans l'ancien couvent des Annonciades, une manufacture de tissage de coton" [in "L'administration de la commune de Faverges" - Catherine Brun - 1993 - page 69]

- "En 1810, Jean-Pierre Duport a acheté le château et ses dépendances de Mme Gabrielle de Fontanetta, née Milliet de Faverges, suivant acte Prévost notaire, du 5 avril 1810." [In Procès Gourd-Cartier - 1901 - page 10] qui elle-même le tenait par héritage puis réachat après la Révolution.

 


 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 05:00

Histoire locale sur le Marché de Faverges

Un stand sur l'histoire locale à découvrir au marché

Les mercredis matin et vendredis en soirée, les marchés apportent une agréable animation au centre-ville. Très fréquentés par les habitants et les touristes, ils sont une intéressante occasion de participer à la vie de la petite mais dynamique cité. Lors d'événements programmés, les associations y vont à la rencontre des chalands pour les informer.

Un stand du cercle de philatélie et cartophilie

L'association qui s'investit aussi en généalogie et en histoire locale publie régulièrement les compilations et recherches issues des archives départementales et communales ainsi que sur des documents prêtées. Pendant l'été, chaque mercredi matin, ces ouvrages sont à découvrir et acquérir au stand « Histoire et patrimoine des Sources du lac d'Annecy », devant l'Office de tourisme. Le fonds disponible est composé de trois livres sur la vie au siècle passé à partir de cartes postales documentées et commentées, à l'incendie qui a décimé une partie de Faverges en 1783 et une famille de Tarentaise « Les Charlet ». Cinq brochures, en couleurs sont consacrées à divers centres d'intérêt : un homme, le Baron Blanc ; un village, le Villard de Faverges ; un canal, le Biel ; une année, la chronique de 1914 ; une association, l'Amicale boules.

29e Salon des Collectionneurs du 13 novembre 2016

En cours d'édition, la prochaine publication concernera l'histoire de la musique à Faverges.

Infos sur : phila.faverges74@wanadoo.fr et http://phila.faverges74.over-blog.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Histoire et Patrimoine des Sources du Lac d'Annecy
  • : Activités d'histoire et patrimoine sur les communes des Sources du Lac d'Annecy, Recherches historiques, défense du Patrimoine, expositions en philatélie, cartophilie, généalogie, photos d'anciens, documents de Savoie, bouteilles sérigraphiées, cartes téléphoniques, capsules de muselets, pin's, disques, livres, etc...Le contenu de ce site est protégé par un droit d'auteur.Cependant il est autorisé de réaliser des copies pour votre usage personnel en y joignant un lien, après autorisation préalable.
  • Contact

Profil

  • CPCGF74
  • Cercle de collectionneurs, cartophiles, philatélistes, généalogistes, historiens et défenseurs du patrimoine intéressés par la Savoie et la Haute-Savoie, et plus particulièrement par le patrimoine du Pays de Faverges - Sources du Lac d'Annecy.
  • Cercle de collectionneurs, cartophiles, philatélistes, généalogistes, historiens et défenseurs du patrimoine intéressés par la Savoie et la Haute-Savoie, et plus particulièrement par le patrimoine du Pays de Faverges - Sources du Lac d'Annecy.
">

Compteur

un compteur pour votre site

Recherche